Programme de prévention des maux de dos

De quoi s’agit-il ?

Un programme de rééducation pluridisciplinaire ambulatoire dont la structure et le contenu de base correspondent à celui introduit dans la nomenclature INAMI de médecine physique depuis le 01.08.2004 (AR du 22.06.2004, M.B. du 29.06.2004). Ce programme comprend un maximum de 36 séances de deux heures chacune, étalées sur une durée maximale de 6 mois. Ce programme de rééducation est associé à une intervention ergonomique doit être demandée par l’employeur.

L’intervention ergonomique

Dans le cadre d’une intervention ergonomique, l'ergonome doit viser à mettre en évidence les interactions entre le travailleur concerné, ses collègues et le travail qu'il doit effectuer. Les conseils de l'ergonome visent à obtenir un meilleur équilibre entre les tâches à effectuer et les besoins, les aptitudes et les limites du travailleur concerné.

Outre les conseils de l’ergonome, le rapport de l'intervention ergonomique comporte aussi une analyse des conditions de travail du travailleur souffrant de maux de dos. Il comprend une description des tâches (entraînant une surcharge lombaire), un relevé des problèmes ergonomiques observés et des conseils pour l'amélioration des conditions de travail.

Exemples de conseils : formation pratique adaptée au milieu de travail, enseignement de techniques de manutention, nouvelles procédures de manutention, modification d'équipements de travail ou acquisition d'aides mécaniques. 

L'étude ergonomique se focalise avant tout sur les tâches entraînant une surcharge lombaire. Si nécessaire, l'ergonome étudiera les aspects ergonomiques spécifiques supplémentaires et les facteurs environnementaux qui pourraient avoir une influence indirecte sur la charge lombaire du travailleur. L’ergonome doit tenir compte également des facteurs psychosociaux incitant le travailleur à reprendre plus ou moins rapidement le travail. Il peut s’agir notamment du comportement de collègues ou de la relation avec le responsable hiérarchique. Outre le travailleur concerné, il est utile d'impliquer également quelques collègues et le responsable dans l’étude afin d'avoir une vision plus large sur les tâches à effectuer.

Les conditions de travail peuvent être optimisées en combinant les facteurs liés au travail avec les aspects liés au travailleur. Les facteurs liés au travail peuvent être d'ordre technique (usage d'outils adaptés aux tâches à réaliser) ou d'ordre organisationnel (veiller à mettre des outils en suffisance à disposition des travailleurs). En agissant sur les méthodes de travail du travailleur, on peut également diminuer la charge lombaire. 

Les conseils de l’ergonome doivent ensuite se traduire en solutions concrètes. Ces solutions sont analysées dans le cadre d’une évaluation pluridisciplinaire avec les responsables de l'entreprise, les collaborateurs du service technique, le conseiller en prévention interne et l'ergonome.

Il vaut mieux réintégrer graduellement un travailleur lombalgique : reprendre à temps partiel et ne pas effectuer certaines à la reprise afin que la charge augmente de manière graduelle. Ce faisant, le risque de récidive diminue et la réintégration sera plus aisée.

Quels sont les objectifs du programme de prévention ?

Le programme de prévention vise 3 objectifs :

  • Prévenir l’aggravation de la lombalgie ou son évolution vers la chronicité et favoriser la reprise du travail des travailleurs qui réalisent des tâches entraînant une surcharge lombaire.
  • Veiller à un soutien financier dans l’entreprise en vue de promouvoir des conditions favorables à la reprise du travail ;
  • Encourager une collaboration étroite entre la médecine curative (médecins traitants et centres de réadaptation) et les services de prévention et protection au travail (médecins du travail et ergonomes).

À qui s’adresse-t-il ?

Au personnel du secteur privé ou d'une administration provinciale ou locale et qui

  • est soumis à la surveillance de la santé par le médecin du travail en raison du port de charges ou de l’exposition à des vibrations mécaniques transmises au corps par le siège ;
  • est en incapacité de travail
    • depuis 4 semaines au moins et 3 mois au plus suite à des douleurs lombaires ;
    • depuis 1 semaine au moins et 3 mois au plus et qui a déjà été en incapacité de travail à la suite de douleurs lombaires pendant une période de 3 semaines au minimum au cours des 12 mois précédant la présente incapacité de travail ;
    • depuis 4 semaines au moins et 3 mois au plus suite à une opération chirurgicale au niveau de la colonne lombaire ;
  • a obtenu l’accord de son médecin traitant pour participer au programme de rééducation.

Qu’attend Fedris d’un médecin du travail ?

Selon la convention de collaboration entre les services externes de prévention et protection au travail et Fedris (pdf - 259,1 KB), le médecin du travail doit être le moteur du programme de prévention des maux de dos. Fedris attend de vous que :

  • vous accompagniez et motiviez le travailleur à adopter une attitude active vis-à-vis de son problème de dos ;
  • vous motiviez le travailleur à reprendre le travail ;
  • vous informiez le travailleur des conditions de reprise du travail ;
  • vous conseilliez le travailleur, notamment quant au choix du centre de réadaptation ;
  • vous assuriez la promotion du programme auprès du comité de prévention et protection au travail (CPPT) ;
  • vous instauriez un dialogue entre les médecins concernés ;
  • vous analysiez le poste de travail du patient et que vous vérifiez si l’employeur répond aux critères d'intervention de Fedris pour participer au programme ;
  • vous inscriviez au programme le travailleur qui répond aux critères ;
  • vous vérifiez si le centre de réadaptation a correctement rempli la demande et l’a envoyée dans les 15 jours qui suivent le début du traitement ;
  • vous informiez le centre de réadaptation des conditions de travail du patient.

Qu’attend Fedris d’un centre de réadaptation ?

En tant que centre de réadaptation, vous devez remplir les conditions de la convention de collaboration avec Fedris dans le cadre du programme de rééducation pour les maux de dos.

La convention est valable 3 ans. Elle garantit au patient que vous disposez du personnel compétent et d’infrastructures adaptées et que le suivi administratif de sa demande sera assuré. Cette convention détaille :

  • les formalités administratives à remplir par les centres de réadaptation lorsqu'un patient souhaite suivre le programme ainsi que les délais dans lesquels ces formalités doivent être remplies pour que le patient bénéficie de la gratuité du programme ;
  • le rôle attendu du médecin-spécialiste en médecine physique et réadaptation et de son équipe, notamment en matière de concertation avec les autres médecins concernés (médecin traitant, médecin-conseil, médecin du travail...) ;
  • les modalités pratiques du déroulement du programme (périodicité des séances, horaires...) ;
  • les modalités de collaboration avec Fedris (réunions de concertation, formation...).

Endéans les deux premières semaines de la prise en charge, vous contactez le médecin du travail afin de solliciter de sa part une description des conditions de travail du patient et en particulier des risques pour la colonne vertébrale. Sur base de ces informations, vous adaptez le programme de rééducation proposé et en particulier la formation pratique aux techniques de protection du dos.

Endéans le mois de la fin du programme de prévention, quel que soit le moment ou le motif de cette fin, vous envoyez le rapport final aux différents médecins concernés (médecin traitant, médecin du travail et médecin-conseil) ainsi qu’à Fedris. Il s'agit d'une condition sine qua non pour que Fedris puisse prendre en charge les frais médicaux.

Le rapport final contient les résultats d'évaluation au début du traitement, une description des actes de rééducation effectués, les résultats de l'évaluation clinique et psychologique, et les recommandations pour la reprise des activités professionnelles et, si nécessaire, pour la rééducation d'entretien.

Il comporte aussi un bilan algologique (via une ou plusieurs échelles visuelles analogiques), une mesure du handicap fonctionnel perçu (Roland Morris scale (pdf – 20,04 KB) of Oswestry Disability Questionnaire (pdf – 15,08 KB)), une mesure de l'état dépressif, une mesure de la kinésiophobie (Tampa scale for kinesiophobia (pdf – 13,92 KB)), un bilan fonctionnel vertébral et une évaluation pratique de la connaissance acquise en matière d'épargne vertébrale.

Comment inscrire le patient au programme ?

En tant que médecin du travail, vous devez vérifier, sur base de l'analyse du poste de travail, si le patient répond aux critères d'intervention de Fedris pour participer au programme. Si tel est le cas, remplissez le formulaire de demande de réadaptation fonctionnelle et envoyez-le à Fedris. Remettez au patient un second exemplaire complété du formulaire de demande, avec lequel il se rend dans le centre de réadaptation.

En tant que médecin-spécialiste du centre de réadaptation, complétez le formulaire de demande de réadaptation fonctionnelle et envoyez-le à Fedris dans les 15 jours qui suivent le début du traitement.